Une monnaie digitale publique pourrait aider à gérer la transition numérique

Mise à Jour:

L’introduction d’un euro numérique pour les paiements de détail implique trois considérations, a expliqué Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE)

Image de la présidente de la BCE, Christine Lagarde
L’introduction de la CBDC en Europe peut rendre les transactions financières plus efficaces et les rendre accessibles à un large public

La pandémie mondiale de COVID-19 a accéléré la tendance déjà présente à la numérisation et a conduit les consommateurs à adopter de plus en plus souvent les paiements numériques, a déclaré Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE).

S’exprimant lors d’une conférence en ligne organisée par la Deutsche Bundesbank le 10 septembre, Mme Lagarde a expliqué que « nos vies sont soudainement devenues numériques, tout comme nos paiements : on observe une augmentation des paiements en ligne et une évolution vers les paiements sans contact dans les magasins ».

Mme Lagarde a longuement évoqué les deux tendances émergentes dans les paiements mondiaux : l’évolution des préférences des consommateurs et la concurrence pour dominer les paiements à l’échelle mondiale.

Elle a expliqué que les résidents de l’UE ont adopté la numérisation, les ventes du commerce électronique ayant augmenté d’environ 20 % entre février et juin, alors même que le total des ventes au détail a diminué de 1,2 %.

Le volume des paiements en ligne a connu des « taux de croissance à deux chiffres » depuis le début de l’épidémie, a-t-elle ajouté

« Une grande majorité de consommateurs s’attendent à continuer à utiliser les services numériques aussi souvent qu’ils le font actuellement, voire plus souvent », a déclaré la présidente.

Mme Lagarde a ensuite expliqué comment l’Europe avait pris du retard par rapport à des pays comme la Chine pour ce qui est de la domination du système de paiement à l’échelle mondiale. Le manque d’intégration des paiements en Europe a conduit les utilisateurs à se tourner vers des fournisseurs étrangers qui, bien que soumis à des réglementations strictes sur le continent, peuvent modifier la nature des risques auxquels les utilisateurs sont exposés.

Une augmentation des politiques protectionnistes et l’entrée d’entreprises déjà bien établies dans le secteur des paiements numériques ont également mis l’Europe sur la touche, a-t-elle déclaré.

Ces questions ont compliqué le processus de lutte contre les activités illicites et de garantie de la résilience opérationnelle, a-t-elle ajouté. Mme Lagarde a également souligné un scénario peu probable dans lequel des portefeuilles numériques ayant des liens faibles avec la monnaie souveraine pourraient porter atteinte à la souveraineté monétaire.

Lagarde a parlé de l’introduction d’un euro numérique dans l’Eurosystème. La monnaie numérique de la banque centrale ou CBDC peut rendre les transactions financières plus efficaces et les rendre accessibles à un large public, a-t-elle déclaré. L’introduction d’un euro numérique pour les paiements de détail implique trois considérations, a-t-elle ajouté.

« La première est le maintien de l’accès à la monnaie de la banque centrale. L’Eurosystème continuera à veiller à ce que tous les citoyens aient accès aux billets à tout moment. La deuxième considération pour l’introduction d’un euro numérique est qu’elle pourrait créer des risques qui doivent être soigneusement évalués. La troisième considération est qu’un euro numérique devrait être conçu pour répondre à la demande du public en matière de paiements numériques, sans décourager ou évincer les solutions de paiement privées », a-t-elle expliqué.

Mme Lagarde a ajouté qu’aucune décision n’a été prise jusqu’à présent en ce qui concerne l’introduction d’un euro numérique.

Écrit par Harshini Nag

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans juridictions dans lesquelles les transactions ou les investissements décrits sont interdits et ne doivent être utilisés par des personnes et des moyens légalement autorisés. Votre investissement peut ne pas être admissible à protection des investisseurs dans votre pays ou votre pays de résidence, veuillez effectuer votre propre contrôle préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous proposons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.