Home > Les projets PoS considérés comme “centralisés” auront du mal à réussir

Les projets PoS considérés comme « centralisés » auront du mal à réussir

Le rapport ShapeShift clame que les Pos peuvent assurer sécurité et évolutivité sans compromettre la décentralisation

Un rapport publié par ShapeShift, une plateforme d’échange de cryptomonnaies, suggère que les réseaux de contrats intelligents et évolutifs de type Proof-of-Stake (PoS) comme Polkadot, Cosmos et NEAR pourraient ne pas prendre leur envol s’ils sont perçus comme ayant un problème de centralisation.

Citant l’exemple d’EOS, le rapport affirme que les projets de PoS qui prétendent pouvoir offrir une plus grande évolutivité sans compromis avec la sécurité ou la décentralisation seront mis à l’épreuve cette année.

Cosmos est un écosystème décentralisé de blockchains connectées qui vise à offrir une évolutivité, une interopérabilité et une facilité d’utilisation.

Polkadot est une plateforme qui relie des blockchains privées et de consortium, des réseaux publics et sans autorisation et des oracles pour faciliter un web complètement décentralisé où les utilisateurs ont le contrôle.

NEAR est une plateforme d’application décentralisée qui vise à offrir sécurité et convivialité aux personnes pour gérer des biens de grande valeur comme l’argent ou l’identité

Shapeshift explique que la distribution des jetons indigènes respectifs de Polkadot et de NEAR est actuellement très centralisée en raison du grand nombre de jetons attribués par les initiés. L’architecture pluraliste de Cosmos, d’autre part, exige que chaque zone individuelle recrute ses propres validateurs indépendants, ce qui rend difficile la mise en place d’une sécurité solide dans chaque zone.

Rédigé par Kent Barton, le responsable de la recherche et du développement de ShapeShift, le rapport prévoit que le degré de centralisation perçu des projets de PoS déterminera lesquels d’entre eux prospéreront et lesquels ne survivront pas.

« Cette dynamique a déjà joué dans EOS, où des preuves de collusion entre les validateurs semblent avoir joué un rôle dans la croissance anémique des développeurs de la plate-forme au cours de l’année dernière », explique le rapport.

ShapeShift prévoit en outre que les revendications de ces plates-formes concernant l’interopérabilité des plates-formes de contrats intelligents seront testées. « La valeur et les données commenceront à circuler sans confiance entre les différents écosystèmes cryptographiques », explique le rapport.

Le rapport souligne également que ce sera un défi de concevoir des systèmes qui dissimulent la complexité de l’interopérabilité des blockchains. « Une adoption plus large exigera probablement que les complexités de l’interopérabilité soient rendues presque invisibles pour les utilisateurs », selon le rapport.

ShapeShift a reconnu qu’il n’existe pas de solution de contrat intelligent « unique » et a ajouté que les échanges et les applications décentralisés devront continuer à s’adapter aux capacités offertes par les différentes plates-formes de contrats intelligents pour rester à flot.

Le rapport a également souligné que les nouvelles innovations apporteront avec elles de nouvelles vulnérabilités comme les attaques de type « flash loan » sur les protocoles DeFi à la fin des années 2020. « Les écosystèmes émergents de blockchains auront probablement leur propre version des prêts flash – de nouvelles capacités puissantes qui exposent les utilisateurs à une perte de fonds », indique le rapport.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.