Le cadre e-money est déjà une « forme éprouvée d’euro numérique »

Mise à Jour:

La BCE doit accorder aux émetteurs de monnaie électronique l’accès aux réserves de la banque centrale, selon la société finlandaise Monerium

Logo numérique en bois de l'euro
La monnaie électronique de l’Europe répond aux critères clés du FMI pour être qualifiée de CBDC, selon le blog

L’émetteur de monnaie électronique Monerium, soutenu par Consensys, a suggéré, par le biais d’un fil de discussion sur Twitter et d’un blog, que la Banque centrale européenne (BCE) n’a pas à examiner la possibilité d’un euro numérique.

L’entreprise fintech a fait valoir que la voie vers un euro numérique est plus simple que celle proposée par la BCE et l’Union Européenne ; avec l’Islande, le Lichtenstein, la Norvège et le Royaume-Uni, il existe déjà un cadre pour la monnaie numérique – à savoir e-money.

Monerium, la première société autorisée à émettre de la monnaie électronique sur des chaînes de magasins, a publié ce blog en réponse à la récente consultation publique de la BCE sur l’euro numérique. Elle a fait valoir que tout ce que l’Europe doit faire est de reconnaître qu’elle dispose déjà d’une « forme éprouvée d’euro numérique ».

La société Fintech, qui se concentre sur la création d’un pont entre la monnaie fiduciaire et les blockchains en émettant des espèces numériques programmables, a expliqué que l’Europe dispose déjà d’un cadre éprouvé et fiable pour l’émission de monnaie numérique par le biais de e-money. En outre, e-money fait partie intégrante du projet de règlement sur les marchés des actifs crypto (MiCA), a-t-elle ajouté.

En 2000, la Commission Européenne avait décrit e-money comme une « alternative numérique à l’argent liquide », publiant une directive qui la définissait comme « techniquement neutre », un « substitut électronique aux pièces et aux billets ». Sur la base de ce cadre, Monerium soutient que « la seule chose que la BCE doit faire pour donner à la e-money un statut comparable à celui de la monnaie physique est d’accorder aux émetteurs e-money l’accès aux réserves de la BCE ».

Monerium explique que l’intégration de l’euro numérique aux émetteurs de monnaie électronique existants est préférable à l’émission directe de monnaie numérique par la BCE aux ménages et aux sociétés non financières, car l’émission directe impliquerait une révision radicale du système existant. La fintech a également souligné un rapport de deux économistes du Fonds Monétaire International qui a proposé que les fournisseurs non bancaires puissent émettre de la monnaie numérique avec le soutien de la banque centrale.

Le cadre e-money en Europe respecte déjà les critères clés du FMI pour une monnaie numérique stable, a expliqué Monerium. Le passage de la monnaie électronique à une CBDC signifierait que les émetteurs de monnaie électronique auraient accès aux réserves de la banque centrale et de la BCE.

Un tel accès serait compatible avec le maintien de « conditions de concurrence équitables entre les établissements de monnaie électronique et les établissements de crédit », comme le stipule la directive sur e-money », a déclaré le blog.

De plus, le mécanisme proposé peut donner à l’Europe une longueur d’avance vers une infrastructure de monnaie numérique, a soutenu Monerium. « Avec e-money servant de CBDC, l’Europe peut prendre l’initiative de définir des normes mondiales pour la monnaie numérique et de promouvoir l’innovation technologique du secteur privé au profit des consommateurs et des entreprises européens », a-t-il déclaré.

Écrit par Harshini Nag

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans juridictions dans lesquelles les transactions ou les investissements décrits sont interdits et ne doivent être utilisés par des personnes et des moyens légalement autorisés. Votre investissement peut ne pas être admissible à protection des investisseurs dans votre pays ou votre pays de résidence, veuillez effectuer votre propre contrôle préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous proposons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.