L’Association Bancaire Italienne propose de tester un euro numérique

Mise à Jour:

La banque et la médecine ne sont que deux secteurs possibles qui pourraient bénéficier d’une intégration technologique en chaîne, mais ce ne sont pas les seuls 

Bâtiment Vittoriano, Rome, Italie

Le test de Covid a été une force motrice majeure dans l’examen de l’utilisation de la blockchain pour traiter de vastes quantités de données

En Italie, un groupe de plus de 700 banques, l’ABI (Association bancaire italienne), a demandé à la Banque Centrale Européenne d’envisager l’essai d’un euro numérique, ou crypto-euro, dans le pays.  Après avoir fait part de ses réflexions sur le concept dans une annonce la semaine dernière, l’ABI a donné suite à sa déclaration en proposant les banques de son association comme terrain d’essai.

Certaines banques italiennes ont déjà testé la technologie du grand livre distribué, mais les banques de l’ABI souhaitent aller plus loin. L’amélioration de l’efficacité des processus bancaires est citée comme le principal avantage que pourrait apporter la mise en place d’un euro numérique.

L’ABI rejoint ainsi d’autres institutions européennes telles que les banques centrales française et néerlandaise pour demander à la Banque Centrale Européenne (BCE) de commencer l’essai et la mise en œuvre d’un euro numérique.  Il convient toutefois de noter que la banque centrale italienne n’a pas encore fait de commentaire à ce sujet.

À l’extrémité orientale de la Méditerranée, un pas impressionnant a été franchi vers l’intégration de la blockchain à l’univers de la médecine. L’hôpital méditerranéen de Chypre peut en effet désormais effectuer des tests Covid-19 sur les patients et voir leurs résultats stockés de manière immuable sur la blockchain VeChain.

Ces résultats ont également été liés à une application connue sous le nom de E-Hcert. Celle-ci offre aux utilisateurs un moyen accessible de consulter leurs données de test. En raison de la nature sûre et immuable du stockage des données sur la blockchain, les utilisateurs pourront ensuite utiliser leur application E-Hcert comme preuve de leurs résultats de test. Cela leur permettra de retourner au travail ou de voyager à l’étranger conformément aux réglementations en vigueur à Chypre ou dans d’autres pays.

Non seulement en Europe, mais aussi dans le monde entier, la pandémie de coronavirus nécessite des changements substantiels pour lutter contre le virus. La technologie de la blockchain offre une multitude d’applications possibles à presque tous les secteurs des entreprises ou des services, mais jusqu’à présent, la pression pour changer et s’adapter n’a pas été la même.

Dans la mesure où il est possible de tirer parti des graves conséquences du virus à l’échelle mondiale, il convient de célébrer l’adoption de nouvelles blockchains de sécurité. Que ce soit en raison de la pression accrue exercée sur le secteur bancaire ou de la nécessité de traiter des données en masse dans le cadre des tests médicaux, la blockchain offre des solutions à ces problèmes. En adoptant cette technologie maintenant, l’Europe, et même le monde, ouvre la voie à un avenir meilleur.

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans juridictions dans lesquelles les transactions ou les investissements décrits sont interdits et ne doivent être utilisés par des personnes et des moyens légalement autorisés. Votre investissement peut ne pas être admissible à protection des investisseurs dans votre pays ou votre pays de résidence, veuillez effectuer votre propre contrôle préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous proposons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.