Home > La fondation ICON répond à une enquête des autorités fiscales

La fondation ICON répond à une enquête des autorités fiscales

Le président de la Fondation ICON a réfuté les spéculations selon lesquelles l’enquête affecterait le projet ICON et a souligné que toutes les exigences légales étaient satisfaites

Min Kim, président de la fondation ICON, a déclaré aujourd’hui dans un communiqué officiel que la fondation ne sera pas affectée par l’enquête du fisc sud-coréen sur ICONLOOP, ajoutant que son partenaire technique ICONLOOP fonctionne comme une entité totalement distincte.

L’organisation à but non lucratif basée en Suisse, la fondation ICON, a levé plus de 42 millions de dollars en 2017 grâce à une première offre de pièces pour la pièce native de la blockchain ICON, ICX.  ICONLOOP est le partenaire technique de la Fondation ICON et le créateur de la technologie « loopchain » sur laquelle repose ICON. Elle opère à partir de la Corée du Sud et a déjà travaillé avec le gouvernement de Séoul sur un certain nombre de projets basés sur la blockchain, notamment les applications de suivi COVID-19, les récompenses pour les citoyens et les permis de conduire mobiles.

Cependant, fin février, ICONLOOP est apparue dans le radar du bureau régional des impôts de Séoul, ce qui a entraîné l’envoi de 10 employés pour enquêter sur le siège d’ICONLOOP à Euljiro.

Selon les rapports locaux, l’enquête est en cours et devrait durer au moins trois mois, le rapport final devant être rendu public d’ici juin.

ICONLOOP rejoint le groupe HN en tant que deuxième entreprise de blockchain faisant l’objet d’une enquête des autorités fiscales coréennes depuis le début de l’année 2021. Alors que les lois fiscales concernant l’émission d’actifs virtuels en Corée du Sud devraient être mises en œuvre l’année prochaine, le bureau des impôts traque les entreprises pour enquêter sur les éventuelles fraudes fiscales qui peuvent se produire lorsque des actifs virtuels émis par des fondations étrangères sont transférés en Corée du Sud.

ICONLOOP enquête actuellement sur le possible transfert de fonds d’ETH collectés par la Fondation ICON en 2017 dans le cadre de l’ICO, dont ICONLOOP a refusé de fournir les détails aux autorités. L’entreprise a fait valoir que le bureau des impôts ne peut pas exiger ces détails puisqu’elle opère comme une petite ou moyenne entreprise.

Min Kim, de la Fondation ICON, a expliqué la distance juridique et juridictionnelle entre la fondation et ICONLOOP dans la première réponse de la Fondation à l’incident.

« Nous tenons à préciser que la Fondation ICON ne fait pas l’objet d’une enquête de la part des autorités du service national des impôts coréen. La Fondation ICON est réglementée par l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA) », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que l’enquête n’aura aucune incidence sur la Fondation ICON ou le projet ICON, précisant que toutes les exigences légales ont été satisfaites. Kim a également souligné que, bien qu’ICONLOOP soit un partenaire technique important pour la fondation, elle est gérée de manière indépendante.

« Nous sommes convaincus que cette enquête n’affectera pas les résultats et les progrès du projet ICON », a-t-il conclu.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.