Les cryptomonnaies s’invitent à l’Assemblée Nationale de Corée du Sud

Mise à Jour:

Après l’Inde hier, la Corée du Sud aujourd’hui. Décidément, l’image des fonctionnaires qui se la coulent douce à l’approche des fêtes de fin d’année devient sérieusement désuète. Le sujet des cryptomonnaies était débattu devant l’Assemblée Nationale en Corée du Sud le 10 décembre. Que retenir ?

Premier débat sur les crypto-actifs en Corée du Sud à l’initiative des plateformes

C’est à l’initiative des plateformes d’échange que s’est tenu le premier débat officiel lié à la réglementation en matière de monnaies digitales. Ces dernières sont probablement les premières à pâtir du flou juridique qui règne actuellement, flou qui ouvre la porte à toutes les arnaques et tous les abus.

La Corée du Sud compte en effet plusieurs plateformes de grande envergure dont la plus connue est sans contexte la controversée Bithumb. Coinone est un autre intermédiaire assez populaire.

Le débat rassemblait donc plusieurs entrepreneurs liés au monde des crypto-actifs, des parlementaires ainsi que des officiels. Parmi les sujets évoqués, les réglementations anti-blanchiment et l’obligation d’identifier ses clients.

Logo de la plateforme Bithumb. Plateforme d'échange de cryptomonnaies en Corée du Sud
La plateforme sud-coréenne Bithumb est ultra-populaire mais est également suspectée de falsifier son volume d’échanges.

Vers une réglementation plus aboutie ?

Le sujet des réglementations des crypto-actifs et des plateformes d’échange de devises digitales est brûlant en ce moment. Si les gouvernements ont peut-être espéré un temps que l’engouement pour le Bitcoin et les altcoins s’estomperait et que leurs concitoyens cesseraient d’acheter des cryptomonnaies, ils en sont pour leur frais.

Fin 2018, c’est le secteur cryptomonnaies lui-même qui pousse à une réglementation accrue. Pour ce qui est des plateformes d’échange, il est clair que des plateformes réputées et réglementées sous certains aspects comme eToro (voir notre avis sur eToro) par exemple ou encore Kraken (voir notre avis sur Kraken) qui respectent des obligations en matière d’identification notamment ont tout intérêt à faire en sorte que les cow-boys qui sévissent actuellement n’aient plus droit de cité.

La Corée du Sud, fervente supportrice de la blockchain

drapeau de la Corée du Sud - débat cryptomonnaie à l'assemblée
Un premier débat concernant les cryptomonnaies a eu lieu devant l’Assemblée de Corée du Sud.

Si la Corée du Sud ne se positionne pas réellement pour ou contre l’achat de Bitcoins et d’autre altcoins, elle est plutôt réticente vis-à-vis des Initial Coin Offerings (ICOs). En revanche, le gouvernement sud-coréen se montre nettement plus enthousiaste par rapport à la technologie blockchain et investit clairement dans le domaine. Certains médias locaux rapportent des investissements à concurrence de plusieurs millions de dollars.

Selon certaines sources un projet d’envergure serait d’ailleurs en cours d’élaboration de concert avec le port principal du pays afin d’intégrer la technologie blockchain aux activités d’import-export notamment.

Faut-il acheter des cryptomonnaies ?

C’est bien beau tout cela mais ce n’est pas un débat en Corée du Sud qui vous aidera à décider s’il vaut mieux acheter du Cardano (ADA) ou acheter de l’Ethereum (ETH). Pour cela, il faudra mener vos propres recherches afin de vous forger une opinion. Cependant, si vous souhaitez des informations pratiques, notre avis sur les meilleures plateformes ou encore quelques trucs pour choisir le meilleur wallet, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture sur notre site.

Nous continuerons bien évidemment à vous tenir au courant des avancées réglementaires dans le domaine des crypto-actifs que ce soit en Corée du Sud, en France, au Bouthan ou en Papouasie-Nouvelle-Guinée afin que vous puissiez investir l’esprit tranquille.

 

Featured image source: Pixabay

Investir est spéculatif. Lorsque vous investissez votre capital est à risque. Ce site n’est pas destiné à être utilisé dans juridictions dans lesquelles les transactions ou les investissements décrits sont interdits et ne doivent être utilisés par des personnes et des moyens légalement autorisés. Votre investissement peut ne pas être admissible à protection des investisseurs dans votre pays ou votre pays de résidence, veuillez effectuer votre propre contrôle préalable. Ce site Web est gratuit pour vous, mais nous pouvons recevoir des commissions des sociétés que nous proposons sur ce site. Cliquez ici pour plus d’informations.